Bénin : ce qu’il faut retenir du discours du chef de l’Etat sur l’état de la nation

Arrêtons-nous un instant pour parler de politique sur ce blog. Certes, il n’est pas dans ses traditions que ce blog aille en vadrouille sur le terrain politique, mais compte tenu de l’importance du sujet, prêtons-y une petite attention. En effet, ce jour vendredi 27 décembre 2013 le président de la république, Boni Yayi a sacrifié à la tradition en livrant son discours sur l’état de la nation face à la représentation nationale. Un discours que j’ai eu le plaisir de « live-tweeter » ce matin. Je vous propose ici, de le revivre à travers quelques grandes lignes.

« Note d’avant lecture: Cet article a été écrit, achevé et prêt à être publié depuis hier après midi mais je n’ai pas pu le publier en temps voulu à cause des fluctuations de la connexion internet et des coupures d’électricité. A cet effet, je vous demande très sincèrement, en le lisant, de bien vouloir le remettre dans son contexte afin de faciliter la compréhension. MERCI! »

boni-yayi

Ce vendredi 27 décembre 2013, le président de la république a sacrifié à une tradition et respecté une disposition constitutionnelle en adressant au parlement son discours sur l’état de la nation. Commencée quinze minutes avant 11 heures, l’intervention a duré, en tout, une heure et vingt minutes et s’est articulée autour de deux grands axes. En effet le président de la république a, dans un premier temps, dressé le bilan de l’année 2013 qui tend à son terme. Dans un second volet, il a annoncé quelques grandes perspectives autour desquelles s’articulera l’action de son gouvernement au cours de l’année à venir.

En terme de bilan, le président de la république a résumé l’année 2013 en trois grands axes principaux à savoir : la gouvernance politique et administrative, la gestion de la justice sociale et de la solidarité nationale et enfin la gouvernance économique.

Ainsi, abordant ces thèmes, le président de la république a d’abord rappelé que « la démocratie implique l’organisation d’élections libres, transparentes, crédibles et à bonne date ». Ceci pour insister sur l’action de son gouvernement dans le processus de correction de la Liste Électorale Permanente Informatisée (LEPI). Il faut rappeler que le retard accusé par cette correction empêche aujourd’hui l’organisation des élections communales et locales alors que les élus actuels ont achevé depuis longtemps leur mandat. Toujours dans cet ordre d’idée, le chef de l’État est revenu sur son projet de révision de la constitution. A ce sujet il a fait une déclaration qui mérite bien des analyses. En effet, Boni Yayi a déclaré in extenso « je m’abstiendrai donc de m’étendre davantage sur ce dossier dont le cours relève désormais de la compétence de votre auguste assemblée et sur lequel vous connaissez déjà ma conviction et mes choix »

Abordant les autres aspects du bilan de l’action de son gouvernement en 2013, Yayi Boni est revenu entre autre sur les sujets comme l’organisation du mois du service public avec comme finalité zéro dossier en instance dans les tiroirs, la vulgarisation de la Charte de gouvernance pour le développement du Bénin, l’opérationnalisation du Régime d’Assurance Maladie Universelle (RAMU), la gratuité de la césarienne et des enseignements maternels et primaires. Au plan de la gouvernance économique, il a été question des bonnes notes du Bénin dont le taux de croissance serait passé à 6.2% en 2013 contre 5.4% en 2012. Le renforcement de la capacité énergétique de notre pays, la promotion de entrepreneuriat agricole, l’amélioration de la compétitivité du Port Autonome de Cotonou, la réhabilitation du réseau routier existant, la lutte contre le terrorisme international, les réseaux de trafic et les crimes transfrontaliers sont autant de réalisations que revendique Boni Yayi en termes de bilan positif de son gouvernement au cours de cette année.

Par contre, en termes de perspectives, le président de la république n’a pas fait de grandes annonces comme l’avait espéré certains Béninois. Ça n’a pas non plus été le message d’apaisement et de cohésion nationale qu’espéraient d’autres. Cependant, il a annoncé quelques objectifs à atteindre par son gouvernement en 2014 dans différents domaines. Par exemple, en ce qui concerne l’économie il annonce une croissance à 6.5%. En rappelant qu’ « une jeunesse au chômage est une véritable bombe à retardement », Boni Yayi a annoncé que la problématique de l’emploi des et des femmes représentera un enjeu important pour son gouvernement en 2014. Par ailleurs le chef de l’État s’est engagé à faire du bénin un pays producteur de café-cacao et réduire considérablement sa dépendance énergétique vis-à-vis de l’extérieur d’ici 2015. En effet, selon lui, la perspective à l’horizon 2015 est de passer de 200 Mégawatts à environ 1500 Mégawatts. L’installation des Centres Songhaï dans tous les départements, l’achèvement et la mise en service de six unités de transformation des produits agricoles, la construction d’un second port en eau profonde à Sèmè-Podji, l’organisation du forum national sur la sécurité publique sont autant d’autres objectifs que le président s’est donné pour l’année 2014.

A la lumière de ce discours, on peut relever notamment le mutisme du chef de l’État sur certaines questions importantes comme par exemple le sujet des droits de l’homme et des libertés publiques, au vue des événements qu’a traversé notre pays au cours de 2013. Le sujet est d’autant plus d’actualité quand on sait qu’une marche pacifique (interdite par le préfet) des centrales syndicales organisée en marge du discours du chef de l’État a été sévèrement réprimée par les forces de l’ordre.

Mais une chose est sure, tout le peuple béninois a pris connaissance des objectifs que le chef de l’État s’est fixé et lui donne rendez-vous dans un an pour la reddition de compte.

 

 

Lire l’intégralité du discours ici