Entre sexe et marketing, la Saint-Valentin pour les nuls

Aujourd’hui nous sommes le 14 février, jour de la Saint-Valentin connu pour être la date consacrée aux amoureux à travers le monde. Beaucoup de couples profiteront de ce jour pour s’échanger des mots doux, des cadeaux et autres présents entre partenaires sans pour autant savoir les origines de cette célébration. Petite leçon de culture générale pour amoureux et… non amoureux.

Le Doodle de Google pour la Saint-Valentin

Le doodle de Google pour la Saint-Valentin

Comme chaque année, plusieurs couples à travers le monde vont célébrer ce 14 février leur amour à l’occasion de la Saint-Valentin. D’autres encore vont profiter de cette journée consacrée aux amoureux pour trouver l’âme-sœur. Mais à quand remonte cette tradition et quelles en sont les origines ? Certes, les origines de la Saint-Valentin restent floues et même mystérieuses. Cependant, plusieurs sources attestent qu’elle serait inspirée d’une tradition païenne célébrant la purification et la fécondité avant d’être récupérée par l’Eglise Catholique durant le moyen-âge (comme bon nombres de célébrations chrétiennes).

De la fête païenne des Lupercales à la commémoration chrétienne

En effet, l’association du milieu du mois de février avec l’amour et la fécondité date de l’Antiquité. Dans la Rome antique, le 15 février, étaient fêtées les Lupercales ou festival de Lupercus, le dieu de la fécondité. En 494, lorsque la fête des Lupercales fut interdite, le pape Gélase 1er choisit de commémorer le 14 février, Saint Valentin, qui devient le saint patron des amoureux. Une manière sans doute pour l’Église d’encourager la célébration de l’amour au moment des prémices du printemps tout en combattant la fête païenne des Lupercales qui avaient lieu à la même période.

La Saint-Valentin, entre sexe et marketing

De nos jours, la Saint-Valentin est quasiment devenue essentiellement une opération commerciale. Non pas que la fête perdît totalement de son essence mais elle a été largement récupérée par les commerçants qui en font une bonne opportunité d’affaire. A Cotonou par exemple, de nombreuses affiches et banderoles flottent un peu partout dans la ville. Elles annoncent ici un concert spécial Saint-Valentin, là, des forfaits mobiles à prix fracassés ou un peu plus loin un hôtel qui propose un week-end en amoureux pour la circonstance. Des réclames sur les ondes radio et sur les chaines de télévisions, on n’en parle pas. Mais ce sont les vendeurs de téléphones portables, ceux de pagnes et de produits cosmétiques qui profitent le mieux de la fête des amoureux. Car ce sont là manifestement les cadeaux les plus offerts par les Béninois lors de la Saint Valentin.

En outre, le jour de la Saint-Valentin est également l’occasion rêvée, notamment chez les jeunes, pour sonder le plaisir charnel avec leur partenaire. Certains pensent même que c’est là le moment le plus important de cette fête. Eunyce, une jeune élève de terminale me confie sans aucune pudeur : « comme la Saint-Valentin, c’est la fête des amoureux, je suis obligée de coucher avec mon copain. Sinon, c’est comme si je ne l’aimais pas vraiment (…) c’est ça aussi l’amour ».

Un rapport sexuel presque forcé, quitte à se retrouver quelques semaines plus tard avec une grossesse non désirée qui mènera peut être à un avortement clandestin qui entrainera à son tour d’autres complications. A chacun d’en tirer les leçons qui s’imposent. Quant à moi, je dis à tous les amoureux : bonne fête !