Formation des mondoblogueurs à Abidjan

Formation Mondoblog à Abidjan, j’y suis !

Je suis en Côte d’Ivoire depuis vendredi dernier. En effet, mes autres camarades blogueurs sélectionnés et moi sommes installés depuis le week-end à l’hôtel Tereso de Grand Bassam dans le cadre de la formation intensive des meilleurs mondoblogueurs. Une expérience personnelle extraordinaire qui a commencé pour moi depuis l’annonce de ma sélection jusqu’à la pause de mon premier pied en Côte d’Ivoire. Une expérience qui se poursuit et que je voudrais vous conter en quelques étapes. 

Formation des mondoblogueurs à Abidjan

Photo: Manon Mella

Etape 1 : Les formalités

Le 8 mars 2014, mon téléphone sonne. C’était un mail. Un mail de Mondoblog m’annonçant que je fais partie des mondoblogueurs retenus pour la formation annuelle qui se tient cette année à Abidjan. La joie ! Mais ensuite, il fallait passer aux formalités, notamment fournir les informations de son passeport. Passeport que je n’avais pas encore établi à ce moment. En même temps, il fallait surveiller les mails régulièrement pour répondre au plus tôt aux courriels de l’équipe de l’Atelier des médias. Dans un contexte où la lenteur administrative n’a d’égale que celle du débit de la connexion Internet, j’ai dû littéralement me casser la tête dans tous les sens pour être à jour sur ces deux fronts.

Quelques fois, j’ai été découragé et je me suis dit « bon on arrête, je n’en peux plus ». Mais quand je me rappelle de tous les efforts que j’ai fournis pour être dans la sélection et j’imagine ce qui m’attendait à Abidjan, je trouve souvent et très régulièrement la force de continuer les démarches. Heureusement, ma persévérance a payé. Aujourd’hui, j’y suis.

Etape 2 : Le voyage en avion

Pour la plupart de mes camarades mondoblogueurs présents ici (à l’exception des Ivoiriens), il a fallu prendre l’avion. Moi, y compris. Et c’était ma première fois. Comme mon ami Ulrich Tadadjeu, l’air m’a baptisé. Un baptême de l’air impressionnant avec son lot d’émotions et de sensations fortes. En effet, au décollage de l’appareil, tous mes sens étaient éveillés prêts à capter le moindre mouvement.

Pendant une partie du vol, j’ai été un peu secoué. J’avais même peur, parfois. En gros, des sensations de la première fois quoi ! Et toutes ces sensations évoluaient au rythme des différents mouvements de l’avion. Ce qui peut être impressionnant quand on est assis côté hublot. Mais je me suis très vite adapté. En effet, après l’escale d’Accra, j’ai pu apprécier mon vol en toute tranquillité jusqu’à Abidjan que j’ai pu admirer depuis le ciel. Une fois sur place, commencent les premiers échanges avec les autres et les premières formations.

Etape 3 : Les premières impressions

Mes premières impressions sont relatives aux personnes, à l’environnement et aux premières formations qui ont été déjà données. En effet, lorsque l’on va à une rencontre où sont invitées des personnes venues de divers horizons comme la formation Mondoblog, on a forcément sa petite idée derrière la tête. Et le monde virtuel a cette particularité que même si l’on est très proche d’une personne via Internet, le premier contact physique n’est pas toujours évident. Surtout quand on vient tous d’aussi loin. Cependant les premiers échanges ont été très vite cordiaux. En tout cas en ce qui me concerne. L’ambiance a été tout autant enchantée. Les Camerounais, en général sont très relax et entraînent facilement d’autres personnes dans leur bonne humeur. Il y a par exemple Danielle qui taquine tout le monde en passant, et a visiblement un petit ‘’problème’’ avec les écureuils du Bénin. Mais ça reste notre petit point rigolo…!

Dans ce monde de diversités où s’agrègent différentes cultures francophones, il y a ceux qui découvrent l’Afrique. Ils sont agréablement surpris. Certains,  comme mes amis haïtiens ont pu mettre, pour la première fois, un pied sur la terre de leurs ancêtres. Ce qui n’est pas un détail dans une ville comme Grand-Bassam qui est remplie d’histoire et pleine de mémoire. Chacun y va de son commentaire en fonction de son histoire avec le continent. A ce sujet, il faut  lire les billets d’Isabelle et de Dania. Personnellement en venant, j’avais un gros stress, mais je commence à penser que les dix jours vont être très courts.

Cela dit, rendez-vous sur mon profil Facebook et surtout sur mon compte Twitter pour suivre l’actualité et les à-côtés de la formation en temps réel. Il y a également le hashtag (mot-dièse)  #MondoblogAbidjan qui permet de suivre le live-tweet et tous les contenus produits par les blogueurs sur place dans le cadre de la formation.